Fête de l’Europe - Discours de l’Ambassadeur de France

JPEG

Excellence Monsieur le Vice-Président,
Messieurs les Ministres et Délégués,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des organismes internationaux,
Monsieur le chef de mission de l’Union Européenne
Mesdames, Messieurs,

La fête de l’Europe prend cette année une dimension symbolique importante puisqu’il y a 70 ans le nazisme et son terrible cortège de barbarie et de haine étaient vaincus par les puissances alliées. La noble idée d’union européenne a pris naissance sur les décombres d’un continent en ruine et grâce au courage d’un petit groupe de visionnaires, un ensemble a vu le jour regroupant les ennemis d’hier pour bâtir ensemble une union cohérente et forte avec un fonds commun idéologique composé de liberté, de tolérance et de cohésion sociale.

Forte de cette volonté de transmettre ses valeurs au reste du monde, l’Union européenne a un devoir particulier envers les pays les moins avancés. L’année 2015 est d’ailleurs l’année européenne pour le développement.

Aider les pays les plus pauvres à atteindre un niveau de développement qui leur permette d’assurer un minimum de dignité à leurs populations est un engagement des nations européennes unies. Car sauvegarder la paix et permettre aux pays en développement d’accéder aux services de base constituent aussi une garantie de sécurité pour les pays les plus nantis. Il ne saurait y avoir d’égoïsme dans le monde global qui est le nôtre. Ce début douloureux du 21ème siècle nous apporte quotidiennement la preuve que les menaces sont globales, qu’elles soient terroristes ou climatiques et que la solution ne peut être que mondiale. Dans ce dernier cas, la France organise le sommet des parties à la convention des Nations unies sur le changement climatique, qui se tiendra à Paris en décembre prochain et les petits états insulaires en développement pourront y faire entendre leurs voix. Les Comores, grâce au concours de la France présenteront leur rapport participatif à cette réunion internationale qui sera, nous l’espérons tous, un succès pour le bien commun.

Aujourd’hui, l’Union européenne et la France qui en est le deuxième contributeur, conjuguent leurs efforts pour aider le peuple comorien à accéder au développement. Pays prioritaire à l’aide française publique au développement, l’Union des Comores vient de bénéficier d’une programmation conjointe France-UE pour 2014-2020 d’une enveloppe de 135 millions d’Euros. Grâce à cet effort, les Comoriens pourront disposer de soins de meilleure qualité, d’infrastructures plus modernes, de formations plus élaborées et d’une gouvernance plus rigoureuse.
Pour ce qui concerne la volonté de l’Union européenne à ancrer les Comores dans la démocratie, la participation financière éminente de l’UE dans l’organisation et le suivi des dernières élections législatives en apporte les preuves. D’ores et déjà, l’UE s’engage à soutenir les prochaines échéances électorales pour pérenniser la démocratie aux Comores.

En cette journée de l’Europe, nous restons convaincus que la démocratie est consubstantielle du développement. Nous Européens resterons aussi vigilants sur la place de la femme dans la société comorienne- je tiens à saluer ici, l’élection d’une députée et de deux femmes maires aux dernières élections législatives et municipales-, sur les droits de l’enfant, sur l’impartialité de la justice, sur la liberté de conscience. En fait sur tout ce qui constitue le socle des démocraties européennes, seul gage de progrès et de stabilité. Le progrès, la stabilité, la paix sociale, l’égalité hommes-femmes, la tolérance, c’est tout ce que je souhaite à l’Union des Comores en cette journée de l’Europe.

Vive la coopération euro-comorienne.

Dernière modification : 11/05/2015

Haut de page