La filière ylang-ylang : soutien aux initiatives innovantes

Crédit photo : ONG Initiative développement - PNG

Crédit photo : ONG Initiative Développement

M. l’Ambassadeur Robby Judes était invité mercredi dernier à inaugurer l’atelier organisé par l’ONG Initiative Développement sur la filière ylang durable, et financé par l’Ambassade de France.

L’ONG avait réuni autour d’une table différents acteurs de la filière : distillateurs, exportateurs, organisations non-gouvernementales impliquées dans le secteur et quelques partenaires internationaux, dont l’un de ses financeurs sur son projet de Distillation à foyer amélioré, l’Agence française de Développement.

L’ylang-ylang représente à la fois une filière de rente pour les Comores, et un produit de marque mondiale : avec une production d’environ 50 tonnes par an, l’Union des Comores est le premier producteur mondial d’huile essentielle d’ylang-ylang, ce qui équivaut chaque année à 10 à 15% des exportations et pourvoit de nombreux emplois en zone rurale. Cette culture, encore largement artisanale, présente un avantage, celui d’être un produit de rente à forte valeur ajoutée, et donc créateur de richesses pour les agriculteurs et distillateurs des Comores.

Mais elle présente aussi l’inconvénient majeur d’être consommatrice de bois de chauffe en quantité importante dans un pays largement affecté par la problématique de la déforestation. Encore mal structurée, elle doit aussi faire l’objet d’un soutien à l’innovation pour que les bénéfices tirés de l’exploitation de l’ylang-ylang puissent empêcher la fraude à la qualité.

Foyers améliorés, briquettes de chauffe, structuration organisationnelle des producteurs et distillateurs de fleurs… la France encourage ces initiatives de développement qui promeuvent des techniques agricoles durables, économes en ressources naturelles et à forte valeur ajoutée puisqu’axés sur la production de produits de qualité au sein de filières mieux structurées, plus responsables, innovantes et écologiques. Fondés sur une connaissance fine des terrains d’intervention et dans une logique participative, à l’écoute des producteurs et de leurs besoins, ces projets sont essentiels pour les Comores, leur économie, leur environnement, et le futur d’une marque ‘Made in Comoros’.

Dernière modification : 04/12/2015

Haut de page