Le Service de Coopération et d’Action Culturelle

Le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France met en œuvre les actions de coopération au profit des administrations et de la société civile de l’Union des Comores.

• Ces actions de coopération sont définies par les axes arrêtés dans un Document Cadre de Partenariat qui fonde, sur le moyen terme, les axes de la stratégie française aux Comores. Les activités qui en découlent sont programmées et réalisées sur base d’une programmation financière annuelle dont il est rendu compte auprès des services centraux par le SCAC au travers d’un suivi de gestion. Une part significative de cette programmation est au service de notre politique d’influence, avec un grand nombre de bourses, de missions et d’invitations mises en place pour permettre la circulation de l’expertise notamment française et la formation des cadres comoriens.

• Le SCAC est également le service de l’Ambassade de France qui assure le lien avec l’École française Henri Matisse, et, à ce titre, participe à l’ensemble des instances décisionnelles de celle-ci. Il assure également la tutelle du Réseau des Alliances franco-comoriennes sur les trois îles de l’Union des Comores.

• L’équipe du SCAC assure, par un dialogue permanent avec les partenaires, la mise en œuvre de ses objectifs et la préparation de son cadre d’action à court, moyen et long terme.

• Le SCAC met en œuvre des actions de coopération dans de nombreux domaines et de façon prioritaire dans les domaines suivants :

- l’éducation, recherche, jeunesse, sports, culture, langue française : parmi de multiples actions qui relèvent des appuis de notre coopération au secteur éducatif/enseignement supérieur, il faut noter au profit des jeunes bacheliers et étudiants, candidats à des études supérieures à l’étranger et en France un service de conseil délivré au sein d’un Espace Campus France (ex-Centre d’Information et d’Orientation) installé au sein de l’Alliance Franco-Comorienne de Moroni ;

- dans le domaine de la culture, outre des actions assurées directement par le SCAC, l’intervenant principal est le Réseau des Alliances Franco-Comoriennes, qui, avec un appui financier conséquent de cette Ambassade, met en place une politique culturelle significative, mais également pour l’apprentissage du français ;

- la gouvernance financière et économique, l’appui aux institutions qui se met en œuvre notamment par la mise à disposition d’une assistance technique experte ;

- la santé : le SCAC met à disposition de l’assistance technique experte auprès du Ministère de la Santé et travaille au renforcement des partenariats régionaux tant avec l’Agence Régionale de la Santé qu’avec les hôpitaux de La Réunion et de Mayotte.

- l’appui à la société civile avec des projets tournés vers la jeunesse, le genre, le développement communautaire et économique cofinancés par :

- le Fonds Social de Développement (FSD) , et ;

- le Programme de Codéveloppement avec l’Union des Comores (PCUC),
qui bénéficient tous deux de l’appui financier comme de l’expertise technique des membres et associations de la diaspora comorienne de France. A noter que le Programme de Codéveloppement avec l’Union des Comores (PCUC) est financièrement clos depuis le 31 décembre 2010 et sera administrativement clos au 31 mars 2011.

• Notre politique de coopération comporte un soutien aux actions de coopération décentralisée portées par des collectivités territoriales françaises (Région Réunion, villes de Sarcelles, Méaudre, Pertuis, Le Kremlin-Bîcetre, Département de La Réunion, de la Seine Saint Denis…) au profit des îles ou mairies aux Comores.

• Le SCAC et ses membres sont également très impliqués pour orienter les financements régionaux et les activités qui en découlent, au profit de l’Union des Comores. C’est le cas pour les Fonds de Coopération Régionale (FCR) de Mayotte et de La Réunion. Notons que les actions réalisées dans le cadre du FCR de la Réunion peuvent également bénéficier des crédits « FEDER » de l’Union Européenne, du Programme Opérationnel de Coopération Territoriale (2007-2013) signé en août 2009 et qui a, par exemple, dans ce cadre financé un programme d’Appui Réunionnais au Développement de l’Agriculture Comorienne (PARDAC), piloté par la Région Réunion. Et pour lequel une suite est en 2011 à l’étude.

- De nombreux projets, dans de multiples secteurs, initiés et mis en œuvre au niveau de la région Océan Indien, qu’ils soient mis en œuvre par la Commission de l’Océan Indien ou hors Commission de l’Océan Indien, sont très souvent assurés sur financements de la France et/ou de l’Union européenne. Ils viennent renforcer les actions de développement au profit des Comores

• Notre coopération finance fortement la coopération multilatérale avec, par exemple, le soutien au Fonds Mondial, qui agit dans la lutte contre les trois maladies VIH/SIDA, paludisme et tuberculose. Il en est de même pour nos soutiens constants à la Banque Mondiale, à la Banque Africaine de Développement, au Fonds Monétaire International, qui sont des acteurs clés aux Comores. Il en est également ainsi des actions du Système des Nations-Unies, autre acteur significatif aux Comores.

• Pour en savoir plus aux travers de quelques brefs articles sur les domaines ci-dessous, suivre les liens :

- la coopération culturelle, universitaire et scientifique

- étudier en France : Informations sur l’enseignement supérieur français, les formations spécifiques, etc.

• Les actions de coopération mises en œuvre par l’Agence Française de Développement (AFD) peuvent être consultées sur le
site de celle-ci.

Dernière modification : 14/06/2011

Haut de page