Remise au gouvernement comorien du document de la stratégie conjointe UE-France pour la période 2014-2020

Discours de M. l’Ambassadeur de France en Union des Comores
Remise officielle de la stratégie conjointe UE- FR avec l’Union des Comores
pour 2015-2020


Exc. M. le vice-Président de l’Union des Comores,

M. le Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération,

Mme l’Ambassadrice de l’Union Européenne,

Mme la Commissaire générale au Plan,

Mesdames et Messieurs les haut cadres, Mesdames et Messieurs représentant du corps diplomatique,

C’est un grand honneur pour moi que de remettre aujourd’hui aux côtés de Mme l’Ambassadrice de l’Union Européenne cette stratégie conjointe au gouvernement comorien. Jusqu’à présent, la France avait toujours choisi l’élaboration d’un Document Cadre de Partenariat – le fameux « DCP » - pour formaliser sa coopération avec l’Union des Comores. Cette stratégie conjointe clôture la période des DCP et ouvre une nouvelle ère de coopération avec les Comores, une nouvelle ère recentrée autour de thèmes prioritaires en ligne avec la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable 2015-2019, une nouvelle ère qui permettra d’unir nos forces, de capitaliser beaucoup plus sur les études produites, de partager plus d’ingénierie, de dynamiser les aides aux Ministères pour le renforcement des maîtrises d’ouvrage, de démultiplier la complémentarité des outils mis à disposition du développement des Comores tant par la Coopération française que par l’Union Européenne. J’en veux pour preuve le lancement prévu dès demain matin de l’opération « ïles propres » qui conjugue les efforts et la volonté de nos deux Institutions de mener un appui concret aux pouvoirs publics comoriens sur un thème cher à l’Europe : la protection de l’environnement et la gestion des déchets. Mais de nombreux secteurs vont bénéficier de cette nouvelle dynamique pour 2015-2020 : je pense au secteur de la justice, des droits humains et des libertés publiques avec un travail de concertation beaucoup plus étroit déjà initié par nos équipes, je pense au secteur des infrastructures, je pense au secteur des finances publiques, à l’appui au secteur privé, je pense au secteur de l’Education et de l’Enseignement supérieur : tous ces domaines fort essentiels pour le développement du pays devraient recevoir un soutien consolidé dans les 5 prochaines années grâce à cette stratégie conjointe de coopération qui permettra d’unir nos efforts solidairement à ceux du gouvernement comorien. Sans oublier la société civile, acteur de développement incontournable, moteur d’innovation, défenseur et promoteur des belles et grandes causes…

Je voudrais également préciser que ce document remis officiellement aujourd’hui est le fruit de presque deux années de travail, deux années de nombreuses concertations, de réunions et d’ateliers… et je voudrais remercier sincèrement les équipes techniques du gouvernement des Comores, de l’Union Européenne et de la Coopération française pour leur engagement à concrétiser ce chantier de grande envergure. Comme l’a dit Madame l’Ambassadrice SALL, ce travail a été mené à bien pour le moment dans 14 pays pilotes dont les Comores et je voudrais insister sur ce point car de nombreux pays regardent aujourd’hui avec intérêt ce qu’il se passe dans ces pays pilotes. Le bilan qui sera dressé des 5 années à venir sera décisif pour la suite et pour l’avenir de la coopération européenne. Je voudrais donc appeler l’attention des autorités comoriennes sur la nécessité de suivre étroitement avec nous ce processus, de mener régulièrement des points d’étape et de faire en sorte que l’ensemble des ministères sectoriels impliqués dans cette programmation assurent des points d’avancement rigoureux avec nos équipes techniques. Je voudrais saluer à ce titre l’initiative prise le 25 juin dernier par le gouvernement de l’Union des Comores et l’Union Européenne dans le cadre de l’article 8 des Accords ACP de Cotonou, c’est-à-dire l’avènement d’un véritable dialogue politique entre l’Union Européenne et les Etats partenaires. Au-delà des grands secteurs de politique publique repris dans cette stratégie conjointe – bonne gouvernance, justice, infrastructures, eau et assainissement, services sociaux -un communiqué de presse vous a été distribué précisant tous les secteurs d’intervention pour les 135 millions d’euros de dotation sur 2015-2020 – il est fondamental de nourrir un dialogue politique étroit et une coordination sectorielle sans faille. Sans ces ingrédients essentiels, cette stratégie ne pourra pas se développer et demeurera une feuille de route technique sans portage, sans identité… Je forme donc le vœu que nous puissions poursuivre tous ensemble la bonne exécution de cette stratégie conjointe et réussir dans les objectifs que nous nous sommes fixés.

Avant de terminer, je voudrais également redire ici devant vous tous que cette feuille de route n’est pas un cadre figé mais constitue une ligne de conduite qui pourra permettre de rechercher des partenariats complémentaires dans tous les secteurs d’intervention prévus – des cofinancements européens par exemple avec la Banque Européenne d’Investissement sur le plan des infrastructures – mais aussi non européens, par exemple avec de grandes fondations comme la Fondation Aga Khan ou la Fondation Bill Gates ou encore avec le réseau de la diaspora comorienne à l’étranger. Là encore pour réussir ce pari, nous avons besoin d’un véritable dialogue régulier de haut niveau doublé d’un dialogue sectoriel pour rendre efficients ces appuis potentiels et attirer ces partenaires nouveaux.

Enfin, afin de démontrer la mise en œuvre concrète de cette stratégie conjointe, nous allons signer dès aujourd’hui deux conventions d’application, l’une portée par l’Union Européenne - comme l’a dit Mme l’Ambassadrice en faveur de la lutte contre le changement climatique -, l’autre portée par l’Agence française de Développement sur l’activation d’un Fonds d’Etude et de Renforcement des Capacités. Je me félicite de cette application concrète et déclare donc lancé ce processus qui je l’espère, contribuera à faire passer les Comores du statut d’Etat fragile à celui de d’Etat en développement voire émergent.

Merci à tous,

Marahaba !

***

Dernière modification : 26/10/2015

Haut de page